Ainsi va ma vie...

Le rouge de la pression…

Ça m’arrive, comme ça. Je pense à un truc, et tout à coup, j’ai envie de l’écrire à défaut de pouvoir en parler, pour pouvoir le partager avec quelqu’un, n’importe qui, j’m’en fous ! Juste encore quelques minutes me sentir vraiment vivante. Avant que cette sensation, cette émotion ne s’évapore complètement, comme quand tu te réveilles d’un rêve particulièrement (wtf, oui les miens sont TOUJOURS wtf) agréable…


Et là ce matin ça m’a fait ça… Pendant quelques secondes, je l’ai ré-entendu… Quelque part dans ma tête… Le son de mon bipper. Et tout m’est revenu en une fraction de seconde ! C’était dingue ! Et j’avais envie que ça ne s’efface pas…

Mon cœur qui se met à battre plus rapidement,

L’adrénaline brûlante libérée dans mes veines,

Les questions qui jaillissent instantanément:

qui, quoi, pourquoi, comment ?

Et surtout, cette notion de vitesse qui devient primordiale. La sensation d’urgence… Cette drogue ! Chaque geste que tu fais doit être optimal au niveau vitesse et qualité. Tu ne peux pas te permettre de retourner en arrière parce que tu as oublié tes clés, ton slip ou parce que tu dois nourrir le chat… Tout doit être pensé au préalable pour qu’à la seconde où le bipper sonne, tu sautes dans tes pompes, qui sautent dans ta bagnole, qui fonce à la caserne ! Parce que là, quelque part, il y a une victime. une victime qui souffre et pour qui chaque seconde parait une éternité.

Résultat de recherche d'images pour "intervention pompiers"

Y’a plus qu’elle qui compte désormais. Faire en sorte que le temps qui nous sépare d’elle soit le plus court possible, faire en sorte que notre main attrape la sienne, le plus vite possible.

Et ça marche avec les incendies aussi: se dire qu’à cet instant, chaque seconde de gagnée, c’est des hectares de sauvés !

Personnellement, j’ai toujours préféré les incendies que le secours à la personne. Avec mon empathie à toute épreuve, j’ai mal autant que les victimes et j’ai encore tous les visages et les noms là, quelque part où je ne veux pas trop regarder, par culpabilité de ne pas avoir pu faire mieux… Parfois même je n’ai pas pu voir de réel visage…

L’odeur du sang, leurs cris, leur douleur, leur TERREUR ! …Et les caillasses aussi… Parce que ça arrive. Tout est là, intacte. Je n’ai rien oublié. Je n’oublierai jamais. Ça serait une insulte à mes heures d’apprentissage, à mes sacrifices, ça serait une insulte à tous ces gens, et aux sapeurs qui sont tombés. Parce que ça aussi ça arrive, parfois. Un gars qui a voulu gagner trop de secondes, pour arriver plus vite encore, un autre qui n’a pas vérifié son matériel parce que pas assez concentré, un autre la faute à pas de chance, parce que c’était lui, là maintenant…

La chose la plus horrible que j’ai pu faire ? Devoir ramasser des membres éparpillés…

La plus belle ? Aider une maman a donner la vie…

Ma première intervention ? Un petit garçon, d’une dizaine d’années qui jouait avec ses amis dans le jardin… Il a voulu rentrer demander quelque chose à sa mère qui entre temps avait fermé la baie vitré: il a littéralement traversé le double vitrage… Pauvre petit poussin…

J’ai des milliards d’anecdotes dans la tête… Les miennes, bien sûr, mais aussi beaucoup d’autres qu’on se racontait en famille… Parce qu’en parler, c’est important. Sortir tout ça de notre esprit, pour ne pas imploser, c’est primordial.

Nous ne sommes que des humains après tout, rien de bien transcendant. Des petites choses fragiles et limitées qui viennent en aide autant que possible à d’autres petites choses fragiles dans le mal. Nous ne sommes pas des héros, c’est un mythe…

 

Ouais…, je préfère le feu ! Parce que finalement, je préfère avoir un ennemi. Et le feu est mon meilleur ennemi. Il est vicelard, imprévisible et il se propage comme bon lui semble à grands coups de langue brûlante… Celui qui a fait le lien entre le feu et le Diable est un génie ! Je n’ai jamais eu de plus absolu bonheur dans ma vie que de me jeter dans la bouche de l’Enfer pour aller enculer le Diable en personne ! Je ne me suis jamais sentie aussi vivante qu’en danger de mort !

Résultat de recherche d'images pour "incendie var"

D’ailleurs, si vous voulez un bon film (un p’tit peu vieillot c’est vrai), je vous conseille de regarder Backdraft:

Alors c’est AMERICAIN, donc c’est « héroénisé » (si ça existe, dans le dico noëmoussien ça veut dire que c’est too much) à mort ! Mais qu’est-ce que c’est bon…

 

Voilà… La sensation a disparue. Elle s’est envolée, jusqu’à la prochaine fois… Ce ne sont plus que des souvenirs.

 

Ça ne m’arrivera plus jamais.

Et ça me manque…

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s