Ainsi va ma vie...

Round 1

D’abord le tilt. BAM !

Les pupilles qui se dilatent. Les lèvres qui s’entre-ouvrent. Les poils qui se hérissent. Les mains qui deviennent moites. Le teint blêmit. La vue se trouble. Les oreilles bourdonnent…

Le cœur lui, a loupé quelques battements. Il tangue, chavire, reprend vie… Le souffle se coupe avant de retrouver la surface, instinctivement.

Il ne s’est passé qu’une ou deux secondes.

Puis, aussi vite, penser à encaisser. Digérer l’info. Les tempes qui tremblent sous la tension. Refaire fonctionner ce cerveau qui vrille.

Une vrille qui part de la gorge, sèche, jusqu’au bas du ventre, dur. Une douleur électrique qui part de la nuque et qui parcourt le corps. Les spasmes nerveux. Les changements de températures. Le mélange des émotions…

Douleur

Rage

Crainte

Tristesse

Colère

Culpabilité

Incompréhension

… Déception

Fermer les yeux. Respirer calmement. Profondément. Anticiper la crise qui monte. Parce qu’elle viendra. C’est la seule chose certaine. Serrer les poings. S’ancrer dans l’instant, les pieds bien à plat au sol.

… Et attendre la fin de la tempête.

Parce qu’après tout, ce n’est qu’une tempête. Une trahison. Une de plus, certes. Mais cela ne reste qu’une putain de tempête. C’est pas encore aujourd’hui l’apocalypse, rien qui ne soit insurmontable donc.

Encaisser. C’est la première chose que l’on apprend dans la vie, avant même d’apprendre à respirer. On encaisse.

On a forcément vécu pire que ça. Ça n’est qu’un mauvais moment à passer. Bientôt on aura assez de recul pour en rire. Car l’Etre Humain s’adapte à tout. Absolument tout. Même l’inconcevable. On supporte, on surmonte, on dépasse, et fuck, on vit !

Relativiser. Prendre de la distance. Faire un point.

Ne jamais faire confiance, putain ! Règle n°2 ! Allez, récap’ des règles:

n°1: LA VIE EST UNE PUTE

n°2: N’AVOIR CONFIANCE QU’EN SOI

n°3: ON EST TOUS LE CON DE QUELQU’UN

n°4: IL Y A TOUJOURS PIRE

nouvelle règle à ajouter => n°5 NE JAMAIS BAISSER SA GARDE

Continuer de bien respirer. Ça y est, elle arrive, la vague de douleur. La crise. La bête. Elle a bougé là quelque part au fond de l’intestin. Elle remue, elle bouge, elle gratte.

Serrer les dents. Ça va passer.

Déchirure dans les entrailles. Malaise… Tête qui tourne sous cette douleur trop fulgurante. On la reconnait, mais elle nous domine de toute sa puissance. Garce.

Les minutes passent. Le silence reste.

Puis, d’épuisement, la pression se relâche… La bête s’est rendormie, plus loin, là, quelque part entre deux cicatrices, bien lovée, jusqu’à la prochaine fois.

Les larmes ne sont pas venues… Trop de fatigue. S’allonger… Oublier… Avancer.

J’suis encore là… Round 2 !

Image associée

2 réflexions au sujet de “Round 1”

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s