Equilibre Instable

10 LE TRIBUNAL CLAIR-OBSCUR

Tout était vraiment très flou… Trop flou… Une bonne grosse cuite, sans l’envie de vomir. Quoique… Ça tournait, ça tanguait… Comme sur le pont d’un bateau en pleine tempête. Vraiment la pire des sensations. Romane ne se sentait vraiment pas bien. Elle n’arrivait même plus à marcher toute seule. Elle avait donc deux chevaliers servants, rien que pour elle, qui la soutenaient, chacun sous un bras, pour l’aider à avancer sans tomber.

Ils l’aidèrent à marcher jusqu’à un fauteuil en pierre blanche, qui semblait dur et inconfortable, muni de vieilles chaînes, lourdes et rouillées. Elle ne comprenait strictement rien à ce qui se passait. Elle avait beau se concentrer, respirer profondément et cligner des yeux lentement pour qu’ils fassent une mise au point qui lui permettrait au moins de voir les choses correctement autour d’elle, tout était parfaitement incohérent. Elle parvenait tout juste à poser un pied devant l’autre. C’était le blizzard total.

Comme dans un mauvais rêve, elle voyait des silhouettes se mouvoir autour d’elle, essayer de lui parler, mais rien de compréhensible ne parvenait jusqu’à son cerveau. Ou du moins, celui-ci ne parvenait pas à comprendre les informations qu’il recevait… Elle s’assit dans le fauteuil et l’un des hommes qui l’y avait amené, l’attacha avec les chaînes, pendant que le second disparaissait un peu plus loin dans l’ombre.

Romane comprit qu’elle était entravée, mais elle se laissa faire, bien qu’elle ne sache pas vraiment pourquoi. Son état second et somnolant allait sûrement passer, mais pour l’instant, il n’était pas trop désagréable après tout. Alors elle avait presque envie de se laisser aller. Lutter ne l’aiderait pas, elle en était convaincue.

L’homme l’attacha avec beaucoup d’attention. C’était un Neutre, très avenant, et il savait que l’âme d’une personne qui vient de mourir est très sensible et très fragile. Alors il s’évertuait toujours à rendre les choses plus faciles à supporter. C’était un vieil homme, et pas seulement d’aspect… Il faisait ce boulot depuis plusieurs centaines d’années maintenant. Il avait l’habitude de ces nouveaux venus tout apeurés et tout vacillants qui ne savaient pas à quelle sauce ils allaient être mangés… Et même si c’était la pire des crapules, qui finirait sans surprise chez les Umbra, il ne pouvait s’empêcher d’avoir un peu de pitié pour lui. Après tout, il faut de tout pour faire un monde, non ? Et Encore plus ici, pour servir l’Equilibre. Et la transition était difficile à surmonter. Pour tout le monde. Même pour la pire des crapules…

Le Neutrum prit la main tremblante de Romane quelques instants dans les siennes pour la rassurer. Le brun de sa peau ressortait sur la blancheur diaphane de celle de la jeune fille. Elle n’était vraiment pas en forme… Pourvu que cela ne dure pas trop longtemps pour elle. Puis, il se tourna vers une femme vêtue de blanc, assise plus loin et elle approuva d’un signe de tête à sa question silencieuse. Ça y est, ça allait commencer.

Il se pencha vers Romane et lui fit sentir quelque chose contenu dans une fiole. Romane inhala la substance et l’horrible odeur qu’elle sentit lui donna un violent haut-le-cœur. Elle se pencha en avant pour vomir, eut quelques spasmes, mais rien ne vînt. Les chaînes s’étaient tendues sous la pression mais la maintenaient bien assise. Quand le violent effet du produit eut disparu, elle se rendit compte que le brouillard se dissipait dans son esprit, ainsi que la fatigue. Elle commençait à reprendre pleinement conscience. Le vieux Neutre la redressa sur son fauteuil, essuya délicatement le coin de ses lèvres où un peu d’écume brillait encore et écarta les mèches de cheveux noirs qui encombraient son visage.

Elle put enfin réaliser ce qui se passait autour d’elle.

Le fauteuil de calcaire qui la maintenait prisonnière était situé en plein milieu d’une immense grotte, très lumineuse, entièrement constituée de calcaire elle aussi. Le plafond, se perdait dans l’ombre mais des stalactites d’au moins une vingtaine de mètres de hauteur en tombaient. Tout autour d’elle, des gradins énormes en forme d’amphithéâtre avaient été taillés à même la roche. Et ces gradins étaient remplis de monde, des Neutres, venus assister à son procès. Car en réalité, elle se trouvait au Tribunal Clair-Obscur.

Mais Romane n’en avait pas la moindre idée et la seule chose qu’elle voyait, c’est que des dizaines de paires d’yeux la regardaient avec insistance, dont certaines n’étaient même pas humaines ! Il y avait de nombreuses créatures différentes, qu’elle ne connaissait pas, pour la plupart, et que jamais elle n’aurait cru réelles…
En face d’elle, se trouvait une table, une énorme table de pierre, elle aussi en calcaire, où siégeait quatre inconnus, deux hommes et deux femmes. C’était le Conseil des 4. De chaque côté de la table se tenait un ange. L’un blond aux ailes blanches, l’autre brun aux ailes aussi noires que celles d’un corbeau. Elle n’aurait su l’expliquer, mais elle était persuadée de les avoir tout deux déjà rencontrés auparavant. L’Ange noire notamment, lui était familier. Il avait quelque chose de tellement triste au fond de lui. Elle le fixa avec insistance pensant que ça l’aiderait à réveiller sa mémoire, mais il ne soutint pas son regard et détourna la tête en se frottant machinalement le nez. Où avait-elle pu le rencontrer ?

S’était-elle fait enlever ? Qu’est-ce qu’ils pouvaient bien lui vouloir tous autant qu’ils étaient à la regarder assise là ? Elle commençait à ne plus trop se sentir à l’aise et s’agitait sur son siège…

Avant qu’elle ne prenne plus peur et qu’elle ne se blesse, Nathanaël, le vieux Neutrum, posa de nouveau ses mains chaudes sur la sienne et lui sourit chaleureusement. « Tout va bien Romane, tu n’as rien à craindre, lui dit-il d’une voix très rauque. Je m’appelle Nathanaël, je suis un Neutre. Nous sommes ici pour t’aider, pas pour te faire du mal. Ne t’en fais pas, ils vont juste te poser quelques questions. Sois honnête surtout, et n’aie pas peur. Si tu as besoin de moi, je serai tout à côté.»
Son esprit était peut-être plus clair, mais elle ne comprenait pas grand-chose à ce qui se passait. Cet homme qui la regardait avec un énorme sourire bienveillant, ce Nathanaël, qui était-il ? Un Neutre ? Mais qu’est-ce que c’était ?

Elle posa un regard interrogateur partout autour d’elle. Tout l’intriguait. Elle avait mille et une questions, mais personne ne semblait vraiment décidé à lui répondre. Jusqu’à ce que la jeune femme assise en noir à la table de pierre se lève et que le silence se fasse dans la salle. Alors elle prit la parole et Romane écouta attentivement tout ce qu’elle lui dit. Elle expliqua à Romane qu’elle se trouvait dans le Tribunal Clair-Obscur. Que lorsqu’une personne mourrait, son âme se retrouvait ici, dans ce monde appelé Magicae. C’est ici qu’elle pouvait être « recyclée » en fonction de son essence profonde, mais également en fonction de son mérite. Elle lui expliqua que la plupart terminaient leur parcours ici, et finissaient dans les limbes, ou repartaient pour une nouvelle vie sur Terre, alors que d’autres, beaucoup plus rarement, continuaient, passaient par le Tribunal et se retrouvaient au Paradis (elle tendit la main vers l’Ange immaculé), ou en Enfer (cette fois, elle se tourna vers l’Ange aux ailes sombres, qui de nouveau détourna le regard), ou encore en Emeronde, avec les Neutres.
A l’évocation de ces derniers, elle tendit les mains vers les gradins qui l’entouraient, pour illustrer son propos.

Romane n’était pas forcément plus avancée. Elle avait beaucoup d’informations à comprendre d’un coup, mais quelque chose l’avait choquée. La femme avait parlé de mort… Mais elle n’était pas morte ! Elle n’eut cependant pas le loisir de s’attarder sur ce détail car la jeune femme en noir continua sa tirade sans sourciller.

Elle était en train de lui expliquer maintenant que dans les rares cas où les âmes se retrouvaient au Tribunal, le jugement donné ne pouvait en aucun cas être remit en question. En effet, le Conseil des 4 se basait sur le « moi » profond de chaque être, ainsi que sur les traces indélébiles laissées en filigrane,par leurs vies antérieures, sur leur âme. Sur ces mots, elle se rassit.

La seconde femme, d’allure beaucoup plus chaleureuse et vêtue de blanc, poursuivit :
« Ici, jeune fille, nous quatre juges allons statuer sur ton sort après avoir minutieusement passé tes vies à la loupe. La parité, l’équité, ne permettent que l’impartialité lors de ce jugement. Qu’il soit respecté !
Toute la salle reprit en coeur :
– Qu’il soit respecté !
La Lumina poursuivit :
– Nous sommes la balance entre le bien et le mal, les maîtres de l’Équilibre entre toutes choses. Nous verrons si tu as été une bonne ou une mauvaise personne en général, quels étaient tes qualités et tes défauts. Après cela, le verdict tombera et tu seras envoyée dans l’Ordre qui te correspondra le plus. Soit du côté des Umbra (elle montra d’un grand geste de la main le côté gauche de la grande table où se trouvaient les deux Ombres et l’Ange déchu), soit du côté des Lumia (elle tendit la main de l’autre côté pour montrer son acolyte et l’Ange aux ailes blanches). Après quoi, enfin, ton recyclage commencera. Tu te transformeras pour renaître en Magics toi aussi. Est-ce que tu as bien tout compris, demanda-t-elle enfin ? Romane sursauta. Elle ne s’attendait vraiment pas à ce qu’on lui demande quoi que ce soit dans son état. C’est donc timidement qu’elle balbutia :
– Euh… Oui, je crois… »

Mais en vérité, elle était perdue. Elle venait à peine d’assimiler le fait quelle était morte et ils voulaient déjà la retransformer en quelque chose d’autre ? Sans parler de sa surprise à la découverte d’une éventuelle « vie » après la mort. Son cœur battait la chamade. Elle repassa rapidement le cours de sa vie dans sa tête en espérant qu’il n’y ait rien de compromettant qui pourrait aggraver son cas. Mais elle se rappela quelle devait également être jugée sur ses autres vies (quoi vraiment, des vies antérieures ?), dont elle n’avait absolument aucun souvenir. Et puis, elle n’avait pas le souvenir d’être morte, ni de ce qu’elle avait bien pu faire ces deux derniers jours ! Le silence se fit de nouveau dans la grande caverne et l’un des juges scanda « Que le jugement commence !».

Nathanaël posa alors une sorte de cristal bleu sur un socle disposé au centre de la grande table de pierre, juste en fasse de la jeune fille. Un faisceau lumineux en sortit, frappa le front de Romane de plein fouet, passa à travers elle et alla se refléter derrière elle, sur le mur du fond. Puis le cristal s’éteignit et son fauteuil se mit à pivoter sur lui-même. Les juges échangèrent un drôle de regard. Tout ne se passait pas vraiment comme prévu. Le transfert des données aurait du durer beaucoup plus longtemps… Le juge vêtu de noir se tourna vers Nathanaël qui lui répondit par un signe d’impuissance, lui non plus ne comprenait pas.

Une fois le dos tourné à la table, Romane pu voir un grand rideau d’eau extrêmement silencieux, couler doucement le long du mur du fond, une sorte de stalactite, mais plate, comme une sorte d’écran juste en face de la table des juges.

La jeune fille apparut tout d’abord jeune enfant, apprenant à marcher avec son père, quand celui-ci était encore présent dans leur vie. Puis en train de manger toute seule, assise face à sa mère qui la regardait avec fierté. A l’école, pour son premier jour de classe. Le collège, puis le lycée… Les neutres dans les estrades regardaient défiler tous les pans de sa vie avec beaucoup de curiosité. Parfois ils souriaient, parfois, la tristesse se lisait sur leur visage, comme lorsque son père quitta la maison pour la dernière fois et que sa mère pleurait assise près de la porte. C’était la dernière fois qu’elle avait versé une larme elle aussi. Plus jamais elle n’avait pleuré depuis.
Toute sa vie défila donc en accéléré devant toute la salle. Et pour l’instant, rien de négatif à déclarer… Mis à part un SDF dont avait ignoré la présence par gêne et culpabilité d’avoir tout ce dont elle avait besoin et de tout de même trouver le moyen de se plaindre, et une ou deux disputes à l’école… Romane trouvait qu’elle ne s’en sortait pas trop mal pour le moment.

Puis arriva sur l’écran d’eau l’annonce de la mort de Grégoire. Et sa poitrine se serra… Elle venait juste de se souvenir de son existence. Et pourtant, elle avait l’impression d’avoir oublié quelque chose d’important… Mais elle ne savait pas quoi…

C’était un souvenir récent et encore tellement douloureux. Une boule envahie son estomac, elle avait du mal à respirer et baissa la tête pour ne plus voir le policier en train de lui expliquer ce à quoi elle avait échappé. Ça ne changeait pas grand-chose finalement puisque qu’elle était tout de même morte ! Mais comment ? Ça elle ne s’en souvenait pas.
Quand elle releva la tête pour regarder à nouveau, elle se rendit compte que des murmures s’étaient élevés des gradins. Même les juges derrière elle, commençaient à débattre.
Elle regarda l’écran et se vit, quelques heures plus tôt, agrippée à un énorme rocher, trempée et ensanglantée.
Le fauteuil reprit son emplacement initial, face aux juges.
« Pourquoi Mademoiselle ? Pourquoi avoir mit fin à vos jours demanda le jeune juge Lumineux, debout derrière la grande table.
– Je … Quoi ? Non !! Qu’est-ce que… Romane ne se souvenait pas de ce qu’il s’était passé. Mais elle était sûre de ne pas s’être suicidée. C’était impossible, jamais elle n’aurait fait ça. C’était une rebelle dans l’âme jamais elle n’aurait mit fin à ses jours, elle aurait préféré luter jusqu’à la fin !! A moins qu’elle sache qu’on lui réserve un sort pire que la mort, là oui, par esprit de contradiction, elle aurait été capable de… Mais enfin, elle ne se souvenait pas…
– Alors expliquez nous ceci, l’interrompit le vieux Démon. Qui lui montrait l’écran de la main. Bien sûr, comme elle était retournée, elle ne voyait pas ce qui s’y passait mais la scène défila devant tout le monde en gros plan : Elle était dans l’eau de la rivière, agrippée à un gros rocher, couverte de sang et d’un seul coup, elle regardait quelque chose au-dessus d’elle, sur sa droite et lâchait la pierre à laquelle elle s’était tenue, et se laissait couler jusqu’au fond de la rivière, sans reprendre son souffle.
Romane tourna la tête en arrière pour voir l’écran, mais elle ne voyait rien. Le second Neutre qui l’avait aidé à s’asseoir lui apporta un petit miroir et elle pu suivre la fin de la scène, mais elle n’avait aucun souvenir de cela.
Rien du tout.
D’ailleurs elle ne se souvenait plus non plus de ce qui lui était arrivé ces deux derniers jours ! Comment avait-elle perdu la mémoire ? Est-ce que c’était un contre coup de sa peur d’avoir faillie être enlevée par Grégoire ? Un état de choque ? Au bout d’une semaine ? C’était impossible… En tout cas une chose était certaine, elle n’aurait jamais cédé volontairement à la mort. A moins d’être face à une chose plus horrible encore !! Et elle ne voyait pas comment elle pouvait expliquer ce que tout le monde avait sous les yeux et qui semblait une évidence. Elle ne se l’expliquait pas elle même en vérité.

L’écran s’éteignit et les murmures reprirent de plus belle dans la salle. Comment ? Non seulement elle s’était (à leurs yeux en tout cas) suicidée, mais en plus elle n’avait pas d’autres vies que celle-ci ? C’était tout simplement inexplicable ! Tout le monde, toutes les âmes qui étaient passé par ce Tribunal avaient eu plusieurs vies avant. Personne ne pouvait devenir un Magics sans avoir accumulé de l’expérience et un éveil de conscience véritable.

Les murmures se changèrent en brouhaha, ce brouhaha de mécontentement en cris. Personne ne comprenait ce qui se passait. Est-ce que c’était une blague ? Même les juges n’y comprenaient rien.

Pourtant le vieux démon se leva et demanda le silence. Romane en profita pour crier qu’elle ne comprenait rien à ce qui se passait, qu’elle ne se souvenait de rien mais que les apparences étaient trompeuses et que jamais elle ne se serait suicidé, et qu’elle n’avait pas demandé à être là.
Mais le démon la fit taire d’un signe de la main et un rictus de mécontentement passa sur son visage. Il n’appréciait guère d’être interrompu par une sale gamine qui jurait alors que les preuves étaient évidentes. Il contourna la table, se plaça devant elle et lui dit :
« Selon nos lois, vous avez commis un blasphème de premier ordre. Vous ne devriez même pas être ici ! Vu les circonstances, et là il se retourna vers la table des juges, elle devrait aller dans les Limbes, c’est certain ! La vieille Lumineuse se leva à son tour et lui répondit avec un air malicieux :
– Bien sûr, mais vous ne prenez pas en compte le comportement exemplaire de ses 17 années de vie, cher ami !
– A quoi bon ? Normalement nous jugeons des âmes vieilles de plusieurs siècles pour certaines. Ce n’est pas en 17 malheureuses petites années que nous pouvons établir quoi que ce soit, aussi basons-nous seulement sur ce que nous savons. ET nous savons qu’elle s’est suicidé et que c’est interdit ! »

Romane leva les yeux vers Nathanaël pour le supplier du regard de la sortir d’ici mais il prenait soin de ne pas la regarder directement. Peut-être que lui aussi était choqué par ce qu’il avait vu ? Elle chercha alors de l’aide dans le regard des deux Anges postés en sentinelles de chaque côté des juges, mais le blond la fixait sans exprimer quoi que ce soit, et le brun s’empourpra en sortant de la salle précipitamment. Elle était seule et elle ne voulait pas finir dans les Limbes. Elle ne savait pas vraiment ce que cela signifiait, mais de ce qu’elle en avait compris. C’était la fin de toute existence. Pire que la mort en somme.
Dans les gradins, les Neutres étaient de plus en plus agités.

La Lumineuse continuait de prendre sa défense cependant. Romane l’entendit expliquer dans tout le remue-ménage qu’elle avait provoqué sans le vouloir :
« Le fait que cette jeune personne n’ait qu’une vie nous indique que son éveil est plus rapide que la normale, et c’est plutôt rare et positif ! Nous ne devons pas voir ça comme un manque d’expérience, mais plutôt comme un nouveau signe de l’évolution des Êtres Humains !!! »
La situation semblait complexe et le chaos résonnait à la fois dans ses tempes, mais aussi dans la salle. Et ces chaînes commençaient à vraiment l’incommoder !

Au bout d’un moment, le jeune Lumineux demanda à ce que les 4 juges se réunissent pour délibérer à huis clos, laissant la pauvre Romane désemparée au milieu d’une foule de cris auxquels elle ne comprenait absolument rien…

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s